La bancale se balanceTocada y lanzadaLA BANCALE SE BALANCE

TOCADA Y LANZADA
- traduction en éspagnol de Evelio Minano

 

EDITIONS THEATRALES 2004
EDITIONS UNIVERSITAT DE VALENCIA 2008,


page précédente page suivante

Lors d’une rencontre professionnelle avec un homme qui lui est inconnu et donc indifférent, la prononciation d’un mot banal par cet homme fait ressurgir brutalement le passé érotique assez violent d’une jeune femme… de sa propre naissance jusqu'à l'acceptation en elle de la procréation

 

Création France Culture 2004

Création Théâtre du Rond Point, Paris 2005, mise en scène Antonio Arena

Création ARTE (DVD) 2006

Centre culturel Vitry/Seine

Centre culturel Fontenay/bois

 

Ca a commencé par un raté

Oui c'est ça

Une double naissance on pourrait dire

Petite

Toute petite déjà

Oui c'est ça

Elle est née deux fois

une première fois sortie

Pfuitt comme ça

Comme une lettre à la poste

Ouf qu'elle dit la mère

Et après là dan son berceau

Elle semble dormir

mais non pas du tout

On ouvre le lange

rempli de sang dis-donc

Tout rouge

Petit corps inerte

Plus rien

le docteur avait mal serré le cordon dis-donc

Tout partait

Tout foutait le camp

Réanimation et tout le bastringue

Elle est revenue une deuxième fois qu'elle dit la mère

Faut croire qu'elle y tenait à la vie

A l'eau de mer ils l'ont reconstruite

Ah c'est comme ça qu'on faisait à l'époque

Pas d'hôpital et tout ça

On faisait ça à la maison

Les accouchements et le reste

même la réanimation

Et que je te sors

Et que je te perds

Et que je te rattrape

A la piqûre d'eau de mer

C'est pour ça qu'elle est bancale…

 

Aller en haut de la page

 

Sifflets
Retour à l’envoyeur
O. Q de grâce!
O.Quirot écrit ici des billets subtils où se révèlent des tendances à vous «couper l’appétit» sensuel pour le théâtre.
Ce fût le cas pour ce court article sur «La bancale se balance» où O.Q se livre à la critique, tout en ignorant mise en scène, acteur, décor, lumières, et suggère une exclusion: l’auteur!
Le titre au-dessus de la photo en encre rouge demande «Doutreligne, Grâce!».
A quelle terreur culturelle s’adresse-t-elle pour obtenir cette tête?
O.Q utilise le portrait de Vice-Présidente de la SACD et glisse par un habile amalgame de cette fonction à une prétendue «vacuité/nullité » du texte qui laisse très vite entendre aux auteurs, qu’ils ont choisi, pour les représenter, une «nulle» à qui il faut oser couper le sifflet (une excision peut-être?)
Nombreux sont ceux qui se sont sentis offensés par cette tentative de «mise à mort»

L.D

 

Sifflets à l’envoyeur
Que Louise DOUTRELIGNE soit stoppée ou non par une « critique de O.Q ».. La Bancale s’en balance… « Nom de dieu… » elle a très bien vécu au Rond point, la Bancale, où portée par le souffle magnifiquement précis de Marianne Basler elle a pu exprimer toutes les variations du désir dans la somptueuse mise en scène baroque d’Antonio ARENA qui ‘la cadrée, la Bancale, sur un espace convexe qui balance entre berceau et cercueil …et toujours dans un face à face impitoyable avec les loups et même les louves coincés ou délurés (c’est presque pareil) qui confondent si souvent érotisme et pornographie… poétique et politique… dans de pauvres amalgames si faciles… à vous en exciser le sifflet….
Si c’est le cas pour O.Quirot c’est dommage

L’Amant de La Bancale

 


Mentions légales